LES DROITS ET OBLIGATIONS DES INTERVENANT(E)S

Les droits et obligations des Intervenant(e)s

L’intervenant(e) a une obligation de réserve sur la vie privée et celle des familles concernées, il/elle est soumis(e) au secret professionnel. De ce fait, la plus grande discrétion est strictement exigée.

Il est interdit de fumer au domicile des personnes aidées. L’intervenant(e) devra avoir une hygiène corporelle irréprochable ainsi qu’une tenue vestimentaire correcte.

La ponctualité et le respect des horaires indiqués dans les plannings conjointement établis est impératif. En cas d’empêchement majeur ou de changement d’horaire, l’intervenant(e) s’engage à prévenir immédiatement son employeur.

L’intervenant(e) s’interdit toute délégation de pouvoir sur les avoir, biens ou droits, toute donation, délot de fonds, de bijoux ou valeurs provenant de son employeur ou d’un / des bénéficiaire(s).

L’intervenant(e) doit demander et obtenir l’autorisation pour l’usage d’appareils domestiques, pour toutes communications téléphonique – sauf lors du pointage à Domiphone – via l’appareil du bénéficiaire.

 L’intervenant(e) ne doit accepter aucune gratification ou pourboire, encore moins en réclamer. Il lui est formellement interdit de solliciter un prêt d’argent auprès de son ou ses bénéficiaire(s).

Si des équipements sont confiés à l’intervenant(e) par le bénéficiaire, une attention est portée au bon état de ceux-ci. L’usage de son propre téléphone est interdit lors des interventions , sauf exception.

L’intervenant(e) n’est pas autorisé(e) à accompagner le bénéficiaire dans son véhicule personnel pendant ses heures de travail.

L’intervenant(e) ne doit pas se présenter au domicile des bénéficiaires avec une personne étrangère au service. Toutefois, les stagiaires pourront être acceptés si les bénéficiaires donnent leur accord.

Il est interdit d’introduire, vendre ou céder aux bénéficiaires toutes boissons ou médicaments ( sauf prescription médicale). Il est interdit de distribuer des soins paramédicaux, notamment ceux prévus à la nomenclature de la Sécurité Sociale.

Il est interdit aux intervenant(e)s de faire état de leurs convictions, qu’elles soient d’ordre religieuses, politiques, raciales ou culturelles.

La sécurité physique et morale des bénéficiaire , contre toutes agressions et/ou maltraitance doit être assurée ArtL311-4 du CASF.

L’intervenant(e) s’engage à ne pas profiter de la clientèle de l’Association pour une démarcher quelconque, à ne pas se livrer a des actes pouvant être assimilés a une incitation à la débauche ou tout autre pratique frauduleuse (démarchage, troc, jeu d’argent…).

L’intervenant(e) s’engage à prévenir les services compétents dans les délais les plus courts (médecins, pompier, SAMU, service des eaux …) si la personne dont il/elle a la charge connait des problèmes de santé ou autre.

L’intervenant(e) s’engage à appeler l’Association au moins une fois par semaine pour l’informer du bon déroulement de sa mission.

L’intervenant(e) s’engage, si nécessaire, à faire part des difficultés rencontrées sur le terrain. Il/elle s’engage à demander à son assurance auto, une extension pour ses déplacements professionnels.

L’intervenant(e) s’engage à faire preuve d’amabilité et de courtoise vis-avis des bénéficiaires.

L'association pourra arrêter les interventions chez un bénéficiaire si une incompatibilité ingérable persiste entre les deux parties.

Image © Whatwolf / Freepik